• Quel âge avait-il ? (4)

     Alors, les grandes personnes le regardaient étrangement. Celles de son foyer, celles des institutions, et celles qui traversaient occasionnellement les couloirs,  sous le toit de la maison parentale. L’enfant de sept ans murmurait des phrases incompréhensibles. Tantôt, il parlait comme pour lui-même, le menton et la bouche enfoncés dans le col de son tricot, et les sons se perdaient entre sa peau et ses vêtements. Tantôt, comme s’il surgissait d’un sommeil profond, d’un rêve, il se mettait à scander des sentences qui tombaient comme plâtre au plafond, sous des yeux ébahis et devant des gorges serrées, à la limite de l’étouffement, tant l’effet d’étonnement et d’indignation était brusque. IL s’insurgeait contre des paroles creuses et arrogantes telles que : « l’animal n’a pas d’âme te dis-je !». Et c’était tel oncle qui le disait à sa femme. Ou encore : « la terre appartient à l’homme qui est supérieur à toute autre espèce » disait son père à l’assemblée familiale. Lui, fâché, ne pouvait continuer de se taire, sa « verdoyante mère » lui avait expliqué que tout cela était faux, non seulement faux, mais dangereusement fou. Dans son petit esprit d’enfant, il lui semblait résister contre des envahisseurs. Oui, les adultes voulaient s’en prendre à sa « mère », quelle nouvelle guerre était en train de se préparer ? Sa « douce mère » lui avait murmuré pendant qu’il contemplait le soleil rouge et énorme à l’horizon : « ils vont me détruire un jour…dis leurs, je t’en prie ».

     


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    *
    Lundi 26 Janvier 2015 à 09:21

    Étrange enfance au cœur du monde, environnée d'exil. 

    2
    **
    Mardi 27 Janvier 2015 à 08:19

    En effet, une bien étrange enfance offensée.

    3
    *
    Mardi 27 Janvier 2015 à 11:36

    Irrécupérable.

    4
    Mardi 27 Janvier 2015 à 13:08

    Ouhla " *"  pas de jugement de valeur, s'il vous plait ! C'est un avertissement.

    Maintenant, vous pourriez vous expliquer sur ce mot "irrécupérable",  si non demain vos commentaires seront effacés.

     

     

     

    5
    *
    Mardi 27 Janvier 2015 à 13:12

    Ce n'est pas un jugement de valeur mais un constat en conscience.

    6
    *
    Mardi 27 Janvier 2015 à 13:21

    Constat que je n'établis qu'en pures réminiscences.

    7
    *
    Mardi 27 Janvier 2015 à 13:26

    Oups! En réagissant je n'avais pas lu l'avertissement que vous avez ajouté...

     

    8
    Mardi 27 Janvier 2015 à 13:45

    Ok, cela fait écho en vous. Alors ne pas se contenter d'un seul mot qui introduit quoi qu'il en soit un jugement  puisqu'il s'agit de dire "irrécupérable" et qu'alors cela s'adresse à l'enfant dont  témoignent ces mots.

    Comprenez-vous ? Vous pouvez penser pour vous, que ce qui vous a été infligé dans votre enfance, a produit une situation "irrécupérable", vous ne pouvez le penser pour l'autre.

    D'autant que cet autre, a pu tout au contraire, "utiliser l''offense"  pour grandir en conscience, et si l'on entend bien ce qui se dit dans ses textes, c'est une évidence qu'il a été ainsi pour "celui-là"

    Bonne fin de journée  "*"

     

     

    9
    *
    Mardi 27 Janvier 2015 à 13:58

    Je maintiens ce mot. Ces enfances, tout sera fait en vain pour les récupérer par tous les moyens...

    et je m'éclipse bien volontiers.

    Cordialement.

    10
    Mardi 27 Janvier 2015 à 15:10

    Bonne route à vous "*"

     

    11
    helios
    Samedi 25 Mai à 08:18
    "Irrecupperable" par qui? Par quoi?.... oui un enfant trop conscient pour être assimilable a des valeurs comunes qui ignorent la vie dans sa globalité..donc..irrécuppérable..et..solitaire
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :