• Objectivité et subjectivité

     Mais qu'est-ce qui détermine ce qui est objectif et ce qui ne l'est pas ? Ce qui est une faute et ce qui est juste ?

     J'ai souvent cette pensée qu'il y aura toujours une objectivité au-delà de celle que je pense avoir atteinte, l'objectivité existe puisqu'il y a toujours moyen d'être plus objectif. L’objectivité absolue est intouchable comme une ligne d'horizon. On se trouve entre objectivité et subjectivité, ces deux natures de raisonnement sont en relativité et vont à l'infini, chacune de son « côté », plus proche de l'une ou plus proche de l'autre je tenterais de me tenir en équilibre. Les deux existent forcément, puisque l'une ne peut exister sans l'autre, comme le commencement et la fin. Considérons la question de « l’objectivité comme un but recherché », je sais, nous savons par expérience, que notre discernement est troublé par nos états d’âme. Nous sommes toujours en prise avec une émotion, un sentiment réactif, même si nous nous concentrons sur un exercice de mathématiques, il n’y a pas ou si peu d’occasion qui nous offre l’opportunité de réaliser un « raisonnement pur », celui-ci est la vertu des machines et non des êtres vivants. Par conséquent, que nous reste-t-il d’autre que l’éthique, ou l’effort porté dans le sens d’une objectivité tentée ? Comme on tenterait un saut au-dessus du vide, un saut magistral. L’objectivité, un but que nous ne pouvons jamais qu’effleurer, et pourtant, un défi que nous devons toujours nous lancer à nous-mêmes.

     


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :