• "Accusé défends-toi" (2)

    Nous sommes habités par un besoin profond d’éprouver un sentiment de culpabilité, C’est étrange ? Il y a en nous une attente de la punition, comme si nous ne pouvions pas croire en notre innocence, une innocence établie que personne ne cherche à remettre en question. Notre culture Judéo-chrétienne sans doute a inséminé cela dans notre inconscient comme un vaccin, mais contre quelle virus ? Celui de l’innocence, nul ne peut se proclamer sans faute, et même chez le tout petit enfant, nous voulons voir des traces de ces promesses de mauvaises actions : « n’est-il pas déjà agressif, jaloux, coléreux, n’est-ce pas dans ses gènes ? » Celui qui s’est mis en position d'être puni renforce son désir d'être infantilisé, se rendre coupable de quelque « crime » est une façon de prolonger encore un peu son enfance, cette enfance regrettée dans tous les cas, lorsqu’elle fût un chemin de tendresse, accompagnée par des bras affectifs comme lorsqu’elle fût un véritable chemin de croix. Nous ressentons tous, à des degrés différents, de la difficulté à nous sentir toujours comme des adultes, quelque chose s'est passé, ou quelque chose a manqué durant notre enfance qui nous a laissé un grand vide, l'espace laissé vide, du sens de la responsabilité que nos sociétés et nos systèmes ne savent remplir ou plutôt ne permettent pas à nos parents de savoir quoi faire pour le remplir. 

     

    Je ne comprends toujours pas, pourquoi tu dis qu’il fait ça volontairement.

     

    S'asseoir sur la chaise de mamie tout en sachant qu’elle risque de se briser ?

     

    Oui !

     

    Et bien à partir du moment où l'on ne peut ignorer que l'on pratique la mauvaise foi d'une façon courante, nous ne sommes donc pas inconscients, comment penser que cela peut demeurer involontaire ? Il est plus avantageux pour un homme d’être reconnu comme quelqu’un qui faillit, qui peut faillir, qui doit fatalement faillir.

     

    Pourquoi ?

     

    Parce que si je reconnais que j’ai fait une faute, c'est que je suis toujours le petit enfant de ma maman. Le Père Noël m'apportera mes jolis cadeaux et je serai sûrement méritant du paradis. Il est important que je connaisse le repentir pour pouvoir me voir comme le brave petit enfant que je rêve d'être aux yeux de tous. Le système représente une suite logique à l'autorité parentale une fois que je suis admis comme ayant atteint l'âge qui m'accorde le statut de l'homme adulte. D'ailleurs, rappelons que ce ne sont pas nos parents biologiques qui détiennent ce pouvoir et ce droit, c'est bien seulement les lois émises par le « cercle » social et la législation qui définissent à quel moment je dois me considérer comme un individu responsable.

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mala Redan
    Mardi 10 Octobre à 16:43

    J'ai lu avec attention et intérêt cette deuxième partie. 

    Nous sommes conditionnés plus ou moins à ce mode de fonctionnement, voilà tout.

    Surtout ne pas en rajouter une couche, on pourrait encore se sentir coupable de cette mauvaise foi. ;-)

    Dans l'ouverture et la détente, lorsque l'énergie est là, éclats de rire, c'est si simple...

    Bonne fin de journée à vous Ron.

    2
    Mala Redan
    Mardi 10 Octobre à 16:49

    J'écoutais ce texte puissant de Leny Escudero.

    C'est d'amour dont nous avons besoin, pas de jugement, ne pensez-vous pas ?

    J'ai fini de dire ce que je voulais dire.

    A plus.

      • Ron
        Mardi 10 Octobre à 17:04

        Bonjour Mala, pour moi il n'y a, il n'y aura que des innocents, cela règle toutes les questions de jugment, ne trouvez-vous pas ?

    3
    Mala Redan
    Mardi 10 Octobre à 18:02

    Si ce que je disais m'a été inspiré par vos mots, je ne disais pas (pour autant) que vous jugez. 

    J'ai compris que vous vous appliquez à mettre en évidence des modes de fonctionnement.

    Ma question n'était donc pas une accusation, mais une proposition. 

    Car après tout Aimer, on en a beaucoup parlé, mais si peu réalisé.

    Tous innocents ? Je ne sais pas.Aimer ne se souci ni de dire des coupables, ni des innocents.

    Bien à vous.

      • Ron
        Mardi 10 Octobre à 19:33
        Ron

        Ne vous inquiétez pas, je n'ai pas entendu d'accusation d'aucune façons, Je répondais à votre questionnement : C'est d'amour dont nous avons besoin, pas de jugement, ne pensez-vous pas ?

        Boone soirée à vous.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :